Boadicée Edition - La Mourre - Collection

La Mourre : jeu du nombre illusoire des doigts

La Correspondance littéraire secrète, ce peut être l’histoire de deux êtres exceptionnels unis dans une fidélité essentielle, physique, matérielle et littéraire…

Romans épistolaires et correspondances secrètes, (jeux de mains, jeux de cœur…)

Cette première partie de collection est dédiée aux récits qui mettent en valeur les mots attachés aux sens, aux voluptés, avec l’exigence d’une haute qualité littéraire…

Ce sont des lettres, une correspondance, un « jeu » d’adultes.

Myriade de sentiments exaltés qui se répand et explose sur le miroir de notre attente de plaisir.

Pour partager nos audaces.

« Ce moment de réconciliation où nous nous retrouvons unis,

Moment de crépuscule, plein de frissons, de feuilles qui tremblent,

D’or dans les verres, de corps en mousseline de soie rouge

De baisers et d’interdits… »

Félicité d’écrire à deux, trois ou quatre, pour le ravissement du partage.


Cette deuxième partie de collection est consacrée au duo de plumes, mais aussi trio ou quarto.


Marée haute…

Nous broderons sans fin des œuvres d’organdi

Qui recouvrent parfois Les traces des naufrages

Et sortirons vainqueurs, satisfaits et grandis

De ces heures si sombres créatrices d’outrages.

 

Nous changerons les pôles pour mieux se délecter

De leur ronde sans fin sur des voiliers trois mats

Qui se livrent bataille dans le creux de l’été,

Sur les monts abyssins au velouté frimas.

 

Éperdus de bonheur, le cœur à marée haute,

Nous les marins d’un  jour guiderons le navire

Sur ce fleuve d’amour, cet ahurissant  hôte,

Charrieur de sentiments des âmes qui chavirent.

 

Sur les sables mouvants de nos yeux enlacés

Nos désirs d’antan en ces eaux intrépides

Dans les ombres claires et les lueurs salées

Viendront mourir sur nos lèvres impavides.

 

Une vague de plaisir mourra sur nos corps

Comme les guerriers de plombs se mutinent

Noyés dans le feu, bercés par les « encore »

Dans des déluges d’amour et de cyprine.

 

Allongés sur la grève des plaisirs grisants,

Nos corps libérés d’autrefois s’alièneront

Tous les interdits en vague sur les brisants

Puis, libres et repus, enfin, sommeilleront.

©Nelly – Brad

Boadicée Edition - Collections - La Mourre

Nos autres collections :

 

Scroll to top